COCHRAN James aka Jimmy C.

  •  

     

  • James COCHRAN (aussi connu par le pseudo JIMMY C.) est né en 1973. Il est Australien mais il vit et travaille à Londres.

    En 2002, James est titulaire d’un Master in Visual Arts (Fine Arts) de l’University of South Australia.

    Intégré dans le mouvement du Street Art, James COCHRAN a une capacité, étonnante et naturelle, à connecter entre eux des univers différents.

    Les différentes techniques qu’il a pratiquées lui ont inspiré le ‘drip painting’, style unique dans ce mouvement urbain mondial du ‘Street Art’, représenté plus généralement par le pochoir, les collages, les tags ou les graffs…

    En passant progressivement de l’huile à la bombe aérosol et du réalisme à l’intégration des ‘dot painting’ aborigènes, il s’imprègne de différentes influences: des plus classiques à celles de l’art aborigène pour aboutir à une représentation originale du Street Art.

    The ‘Artist’s tears’ (2002) peut à ce titre être considéré comme œuvre charnière entre un style classique et ce qu’il concevra quelques années plus tard (autoportrait en 2004) comme le ‘drip painting’. Les premiers murs de ce type seront réalisés vers 2005.

    Le premier regard du spectateur évoque le pointillisme du XIXème siècle. Certes, l’artiste réalise ses toiles (ou ses peintures murales) avec nombre de touches colorées. Mais ces touches à la bombe provoquent des coulures qui font émerger une image, mouvante et abstraite, devenant figurative avec le recul. Il s’agit alors de  vibrations en couleur.

    Les personnages ou paysages restent résolument contemporains. Anonymes et rencontrés par le peintre (tels les séries ‘Street Man’ et ‘métro dodo’), ces hommes ou ces femmes nous touchent par leur humanité.

    Grâce à cet itinéraire, jalonné d’expériences humaines et artistiques, James COCHRAN relie les continents et les cultures.

    L’artiste peint les villes dans son époque, avec chacune son atmosphère poétique, sa population attachante mais aussi ses duretés et détresses.

    Au gré de ses voyages, outre l’Australie, le peintre a réalisé des murs à Miami, New York, Sao Paulo ainsi qu’en Europe à Londres (sa fresque de David Bowie à Brixton a fait le tour du monde début 2016), Barcelone, Berlin, Lille et quelques villes de Belgique et de Norvège.

  • 2016 01 BBC image

    2016 01 image BBC

  •